Histoire du Mexique

Les Zapotèques

Urne funéraire zapotèque
Urne funéraire zapotèque
Photo de Siren-Com

Lorsque l'on parle des « Zapotèques », on parle en fait d'une grande famille ethnique située dans la sud-est du Mexique comprenant 9 langues différentes mais d'où ressort une lointaine origine commune. Moins connus que les Aztèques ou les Les Mayas, leur histoire et leur culture n'es est pas moins fascinante. Aujourd'hui, on distingue trois groupes assez différenciés répartis dans la zone autour de l'actuel état de Oaxaca : ceux des vallées centrales de Oaxaca, ceux de la Sierre et ceux de l'isthme de Tehuantepec. Ils sont les héritiers d'une longue histoire qui remonte à plus de 2000 ans... Ils sont principalement connus par les deux fameuses cités de Monte Albán et de Mitla, nom lui vient de «Mictlan», qui signifie «lieu des des morts» en nahuatl.

Monte Albán, la « capitale » de la civilisation zapotèque
Monte Albán, la « capitale » de la civilisation zapotèque
Photo de Pablo Fossas

On sait que Monte Albán devint la capitale (religieuse plus qu'administrative) des Zapotèques après la réunion des trois anciennes tribus qui peuplaient la région des « Terres du Sud ». Ce lieu devait avoir une importance cruciale car ces hommes n'ont pas hésité à raser le sommet d'une colline située à 2000 mètres d'altitude pour construire leur capitale. L'esplanade où se déroulait les cérémonies, la Plaza Central, est dominé par une grande pyramide à degrés (aujourd'hui en mauvais état) et est entourée de plusieurs pyramides plus petites. Il y avait aussi des temples et des palais ainsi que de nombreuses tombes, un peu à l'écart de la pyramide, réservées à l'aristocratie. Sur le site la monuments montrent des pierres sculptées présentant des glyphes et des dates. Même si les données épigraphiques manquent de précision, les historiens ont pu montrer des similitudes avec les écritures et calendriers olmèques et mayas, cultures pourtant géographiquement assez éloignées de cette région.

Monte Albán, « le terraind de jeu de balle »
Monte Albán, « le terraind de jeu de balle »

Leurs rites funéraires effectués là avec un grand soin ont laissé de nombreuses traces dans les sous-sols (tombes, sarcophages, bijoux d'apparat...). Ils honoraient particulièrement un dieu de la pluie et une déesse de la mort, et ils ne semblent pas avoir eu de culte sanguinaire. Il semble qu'il devait exister un pouvoir politique fort et un état centralisé pour permettre à cette civilisation de durer plus de 1000 ans sans subir d'invasions destructrices commes d'autres peuples de cette époque. On estime aujourd'hui que Monte Albán a compté plus de 30000 habitants à son apogée, à l'âge classique, entre 300 et 700 de notre ère. Déjà « absorbée » par l'expansion des vers 1420, la civilisation des Zapotèques disparaît définitivement après l'invasion des Européens vers 1520.

La cité royale zapotèque de Mitla, fut fondée vers le Xe siècle (même si l'on sait qu'elle fut déjà occupée par les Mixtèques) lorsque Monte Alban fut délaissé pour des raisons encore ignorées, est un site exceptionnel par sa singularité... Autant Monte Albán impressionne par sa taille et sa situation exceptionnelle, autant Mitla est remarquable par ses volumes architecturaux, répartis sur cinq sites, et les détails qui caractérisent la décoration des ses bâtiments. A Mitla, ce sont les arrangement méticuleusement organisé des pierres rigoureusement sculptés qui frappent le visiteurs. On nomment ces formes les « grecques ». A l'origine, ces murs sculptés étaient recouverts de peinture rouge dont il reste encore quelques traces. Les sites les plus recommandés sont le groupe des Colonnes et les ruines de Yagul. Comme Monte Alban, Mitla fut abandonné par ses occupants pour des raisons qui toujours inexpliquées.

L'entrée du palais de Mitla, avec ses murs rouges d'origine
L'entrée du palais de Mitla, avec ses murs rouges d'origine
Photo de Gengiskanhg
Un mur du palais de Mitla, caractérisé par l'arrangement des pierres « à la grecque »
Un mur du palais de Mitla, caractérisé par l'arrangement des pierres « à la grecque »
Photo de Bobak Ha'Eri
On ne sait rien des anciens Zapotèques, ce peuple qui a bâti les temples de Mitlá et Monte Albán... Rien hormis quelques fragments. Quoique que ces derniers soient très parlants. Je dis fragments parce que les fouilles ne sont pas encore très avancées, au contraire ; ces constructions étaient d'une redoutable solidité. Ruines est d'ailleurs une expression mal choisie : le temps n'a pas poli, la main du restaurateur n'a pas touché, les guerres n'ont pas ébréché la plus petite partie de ces monolithes, de ces murs, de ces escaliers. Ils sont encore là, entiers, et transmettent toujours ce qu'ils ont a transmettre. Mitla et Monte Albán ont été conçus comme des oeuvres d'art, au même titre que Chartres, afin d'obtenir une atmosphère bien précise. Pas dans le but de plaire ; non, mais pour glorifier le système auquel il fallait soumettre le peuple. Ils n'étaient pas censés impressionner par leur splendeur ou leur beauté... Ils n'étaient pas porteur d'espoir, ils devaient vous écraser sous le poids de leur puissance. »

Sybile Bedford

`
Effigie d'un personnage debout avec les attributs de la divinité Cocijo par Daderot
Effigie évoquant la divinité Cocijo
Urne funéraire de forme animale évoquant un jaguar
Urne funéraire évoquant un jaguar
Photo de Madman2001

Aujourd'hui encore, les Zapotèques forment l'un des groupes ethniques les plus nombreux du Mexique. Ils vivent toujours essentiellement dans l'état de Oaxaca sur la côte Pacifique. Ils demeurent attachés a leur mode de vie traditionnel, tournés vers l'agriculture et parfois l'artisanat, qui s'est développé avec l'arrivée des touristes. Mais leur vie reste dure dans ce sud rural. Nombre d'entre eux formant aussi le bataillon des migrants que l'on retrouve aussi bien à Mexico qu'aux Etats-Unis.

On pense aussi au peintre Tamayo qui s'est sans cesse réclamé de ses nobles origines zapotèques. Les Zapotèques et tous ces peuples Indiens, et d'autres encore, existent toujours comme les Huicholes à l'ouest, les Chontales, les Tarahumaras au nord, les Chinantèques... 56 peuples indiens en tout : une mosaïque de traditions venant du fond des âges, et que la Conquête et les aléas de l'histoire n'ont pas totalement effacés. Aujourd'hui marginalisés par le développement rapide du Mexique, les lointains descendants des Zapotèques perpétuent leurs traditions ancestrales.

Pour en savoir plus sur les Zapotèques

Sur la cité de Monte Albán :

fr.wikipedia.org/wiki/Monte_Alb%C3%A1n

Sur la cité de Mitla :

fr.wikipedia.org/wiki/Mitla

www.carnets-et-voyages.fr/ameriques/mexique/33-ameriques/mexique/246-mitla-et-oaxaca (fr.)

Visitez la région de Oaxaca

www.oaxacamio.com (en.)

Pour en savoir plus sur les autres civilisations précolombiennes

« Le Peuplement de l'Amérique »

« L'histoire du Mexique »

« Les premiers Mexicains »

« Les Olmèques »

« La culture de Teotihuacán »

« Les Zapotèques »

« Les Toltèques »

« Les Totonaques »

« Les Mayas »

« Les Aztèques »