Découverte du Mexique

Pátzcuaro et son lac

« Michoacán : La terre de ceux qui possèdent le poisson »

La région du Michoacán est située dans une zone montagneuse au sud-est du Mexique. C'est un paysage de forêts de conifères, de lacs profonds, de vieux volcans éteints, de rivières sinueuses et de vallées verdoyantes que l'on traverse pour arriver à Pátzcuaro. L'État de Michoacán recouvre une zone difficile et on y compte peu de grandes villes mais du coup on pourra y visiter une multitude de petits villages qui n'ont pas beaucoup changé depuis le début du XIXe siècle. Ici, c'est le règne de la tranquillite, l'ambiance est conviviale et son patrimoine colonial et indigène espagnol est riche. C'est Cortès qui, le premier 1523, foula ces terres reculées à la recherche d'un passage vers les mers de l'ouest dont on soupçonnait l'existence. Encore fallait le faire... et il est de notoriété que Pátzcuaro fut sa fierté.

« Comme la ville de Mexico était la plus grande et la plus puissante de toutes ces contrées,
la nouvelle de la conquête de cette ville fut aussitôt connue du roi d'une grande province située à soixante-dix lieues de Mexico, appelé Michoacán. »

Hernán Cortès

Pátzcuaro est trouvé sur les collines au-dessus de l'un des nombreux lacs de la région. En tarasque, la langue des indiens de la région, ce nom de Pátzcuaro signifie « Le lieux des délices ». Mais à son origine, alors peuplée par ces Indiens Tarasques, ce lieu était nommé « Tzacapu-ansucutinpatzcuaro » qui est traduit par « porte au ciel » ou « lieu où l'obscurité commence »... ce qui change tout ! La ville coloniale encore bien préservée est réputée pour sa beauté typique et son grand marché du samedi. La belle place centrale de la ville rend un hommage à son évêque fondateur espagnol Vasco de Quiroga qui a déplacé en 1533 l'ancienne capitale tarasque de Tzintzuntzan qui se trouvait au bord du lac à l'est vers une zone un peu plus élevée au sud. Pour marquer la nouvelle emprise politique et religieuse, on fit construit la grande basilique Nuestra Señora de la Salud. Ancienne cathédrale, elle perdit son statut en 1580 lorsque Valladolid (aujourd'hui Morelia) acquis le statut de capitale régionale. Il a également fondé le Collège de San Nicolas, autre évêque célèbre de Pátzcuaro.

La façade de la basilique de Nuestra Señora de la Salud de Pátzcuaro
La façade de la basilique de Nuestra Señora de la Salud
Photo par Thelmadatter

Ayant perdu son statut de capitale, la ville s'est depuis assoupie mais a du coup conservé son cachet colonial si typique et qui désormais fait sa forme pour notre plus grande joie. On remarquera de nombreuses fontaines anciennes dans les ruelles de la vieille ville ou sur l'une des petites places qui jalonneront votre balade... et vous seraient surpris par le nombres de petites églises et de sanctuaires qui, par leur style et leur décoration font de Pátzcuaro une véritable destination touristique qui vous fera à travers elle apprécier toute l'histoire ancienne du Mexique. Patzcuaro est aussi célèbre pour ses cafés et ses restaurants mais par dessus par son grand marché du samedi ou vous serez étonnés par les nappes tissées traditionnelles, les meubles sculptés et finement peints, et les nombreux accessoires artisanaux laminé d'or réalisés à la main par les Indiens et qui sont parmi les plus trésors de la culture populaire mexicaine.

Pátzcuaro est un endroit idéal pour se reposer de la fatigante capitale Mexico. Le matin, la ville est souvent recouverte d'une épaisse brume qui la rend onirique voire romantique... mais d'autres diront plutôt triste et inspirant de la nostalgie mais cela ne durepas longtemps car dès que cette brume se dissipe, le paysage vous redonne sa forme et et sa plénitude. Pátzcuaro est aussi le nom du lac qui borde la ville. Au milieu de ce lac, l'île de Janitzio est une destination conseillée. C'est un lieu de pèlerinage, depuis des millénaires. L'île a une forme conique, et, de loin, on y aperçoit une énorme statue blanche sur son sommet : la fameuse « Statue de Moreles ». On peut y aller en barque-navette mais il faut attendre qu'il y ait assez de passagers à son bord pour partir. Il faut 25 minutes pour faire la traversée...

Le rêveur... Lac de Patzcuaro
Le Lac de Pátzcuaro, vu de l'île de Janitzio - Michoacán

L'île est habitée exclusivement par des Indiens Tarasques qui ont su faire commerce de leur artisanat et réussi à faire prospérer leur ville insulaire. On les reconnaît à la forme rectangulaire de leur visage. Ils avaient la réputation d'être les ennemis irréductibles des Aztèques. En fait, ce nom de « Tarasques » vient de leurs conquérants espagnol. L'origine de sa signification est en fait infamante : c'est le nom que l'on donne au beau-frère (en souvenir des femmes que les Espagnols ont pris de force pour en faire leurs femmes). Le nom qu'ils se donnaient à eux-mêmes, en référence à leur prestigieux passé, était celui de Porhépecha. Ils vivaient dans cette vaste région au sud-ouest de Mexico (l'actuel Michoacán et l'état du Guerrero), sans jamais céder aux attaques des aztèques. Il vivaient ne paix car ils n'avaient pas l'âme de guerrier.

L'arrivée des Espagnols fut dramatique. A la longue, eux aussi succombèrent et les survivants trouvèrent refuge dans les montagnes couvertes de forêts de leur région. Après une courte période de répit, ils furent lentement assimilés et christianisés. Le souvenir de leur prestigieuse civilisation a totalement disparu mais on discerne toujours sous leurs traits physiques et leurs manières, cette fière et noble origine dont on ne connais pas les origines. (Pour en savoir plus, je vous conseille de lire « Relation de Michoacán » de Jean-Marie Le Clézio, qui relate l'histoire et la fin tragique de ce peuple). Il n'est pas facile de les faire parler espagnol et seuls les enfants ne sont pas farouches. En les observant,

« Cette sagesse, ce côté rêveur, un certain humour dans le sourire,
tout un ensemble secret que l'on aimerait connaître,
ce qui n'est pas toujours facile avec nos habitudes occidentales. »
Les pêcheurs Tarasques du lac de Pátzcuaro
Les pêcheurs Tarasques du lac de Pátzcuaro
Photo par Julio Marquez

La seule route qui traverse l' île mène jusqu' à son sommet où se trouve cette statue de 20 mètres de haut qui, vue de loin, ressemble curieusement à la Statue de la liberté de New-York, sauf que celle-ci pointe la main vers le ciel. C'est la « Statue de Moreles » perpétuant le souvenir de cet homme remarquable qui se dévoua pour la cause indienne. Comme beaucoup d'autres peuples Indiens, ils n'oublient pas que les Blancs les ont toujours spoliés et asservis. Du belvédère qui entoure le monument, le panorama, pris en photo, est magnifique.

On peut apercevoir les ruines de l'antique Tzintzuntzán, la capitale des Tarasques, qui eux aussi furent décimés par les Espagnols. Son style architectural diffère des autres constructions précolombiennes et les archéologues français qui ont étudié le site n'ont pas pu trouver le lien qui les unissait aux autres peuples de la région. On les considèrent comme descendants des Chichimèques mais sans plus de précisions. L'étude de leur langue n'a pas apporté d'éclaircissement. Leur origine reste un mystère. Le soir, je vous conseille de prendre le dernier bateau qui retourne à Pátzcuaro. Souvent, les musiciens qui viennent sur l' île distraire les touristes le prennent aussi pour rentrer. Si, par bonheur, un groupe d'enfants en voyage scolaire monte à bord aussi, je vous garantis un grand moment. Très rapidement, les musiciens commencent à jouer des chansons traditionnelles et les enfants reprennent l'air et les paroles en chœur. Comme il fait déjà nuit et qu'il n'y a pas de lumière à bord, une ambiance de rêve s'installe, une joie partagée. On se dirige tranquillement vers les lumières du port en traversant l'étendue noire du lac...

Le monument dédié à José María Morelos sur l'île de Janitzio
Le monument dédié à José María Morelos sur l'île de Janitzio
Photo par Rafael Alvarez

Pour en savoir plus sur Pátzcuaro

Le site officiel de la ville : www.patzcuaro.gob.mx (esp.)

Le royaume historique des Tarasques

« La Géographie du Mexique »

Les paysages du Mexique

« Le Lac de Chapala »

« Le Volcan Paricutín »