Découverte du Mexique

Les Enfants du Mexique

Les enfants à San Miguel de Allende - Guanajuato - Mexique
Les enfants à San Miguel de Allende - Guanajuato - Mexique

Le Mexique est un pays jeune par son histoire mais aussi par sa population. « Ce sont les jeunes qui font la richesse d'un pays », selon les dires des démographes. Dans ce cas, c'est un brillant avenir qui attend le Mexique. En 2017, a moitié des 120 millions l'habitants à moins de 20 ans... Les enfants. A midi, dans les villes, on les voit surgir de partout lorsqu'ils sortent de l'école. Ils ont tous cet uniformes qui effacent les différences sociales. Bras dessus, bras dessous, ils rentrent déjeuner chez eux et c'est toujours un spectacle que de voir tant de joie et d'insouciance remplir les rues à l'heure où le soleil est à son zénith...

Les enfants de Taxco sortant de l'école - Guerrero - Mexique
Les enfants de Taxco sortant de l'école - Guerrero
« Les enfants sortent joyeux de l'école
Ils emplissent l'air tiède
D'avril de leurs tendres chansons
Quelle allégresse au profond
Silence de la ruelle !
Un silence pulvérisé
Par des rires d'argent, clairs. »

Federico García Lorca

Partout, les enfants sont choyés et respectés. S'il se retrouve orphelin, il sera recueilli par les voisins du quartier. Il faut dire qu'en moyenne, il y quatre enfants par famille. La génération précédente en comptait huit. On a l'habitude d'être nombreux et la solidarité existe encore. Le gouvernement d'un des états du nord du pays qui avait voulu imiter la méthode chinoise de contrôle des naissances failli bien être renversé par cette maladroite décision ! Mais tout n'est pas si rose. Ils sont parfois exploités ou abandonnés, surtout dans les grandes villes. Il n'est pas étonnants que les radios diffusent souvent des messages appelant la population à dénoncer les mauvais traitemements qu'ils peuvent subir, de la part de leurs parents ou de leurs exploiteurs. En novembre 2002, une sordide histoire fait scandale au mexique : un trafic d'enfants organisé par une matronne qui vendait des enfants pour moins de 1000 €...

La réalité est dure et souvent les enfants commencent à travailler très jeune. Dès le matin, ce sont eux qui souvent réveillent les ville et les villages au cri de « Agua, agua...! ». Ce sont les livreurs de bombonnes d'eau qui traversent le quartier et livrent à domicile car l'eau du robinet n'est pas potable. Ce sont les marchands de journaux ou de chewing-gum à Mexico et ailleurs dans les villes. Ou les « Clavadistas », les plongeurs d'Acapulco, qui, pour la joie et l'étonnement admiratif des touristes, se jettent de plus de 20 mètres de hauteur dans le défilé rocheux de la « La Quebrada » où s'engouffre violemment la mer. Et le spectacle à lieu tous les jours, toutes les demi-heures...

Les « Clavadistas » de la Quebrada à Acapulco - Guerrero - Mexique
Les célèbres « Clavadistas » de la Quebrada à Acapulco - Guerrero - Mexique

A Taxco, ils vendent toute la journée sur le zócalo, la place centrale, les masques et les papiers d'amate confectionnés par leurs parents. A Puerto Vallarta, sur le port, ils nagent jusqu'au yacht des touristes pour les défier et leur demander de jeter des pièces de monnaies qu'il vont chercher au fond de l'eau. A Mexicali, près de la frontière américaine, ils drainent les touristes vers les endroits louches et les tripots interdits. Quand ce n'est pas pour des choses plus sordides.

A Uruapan et ailleurs, ce sont les cireurs de chaussures sur le zócalo et les vendeurs de chewing-gum. Dans les supermarchés, à la caisse, ils sont deux ou rois pour remplir les sacs de courses et les porter jusqu'à la sortie du magasin ou même jusqu'à chez vous. Mais ils ne se risqueraient pas à « faire la manche », qui est réservée aux infirmes ou aux fous. (Mais cela change et le tourisme de masse a généré une nouvelle forme de mendicité).

D'un autre côté, si l'enfant est respecté, l'adolescent n'a pas sa place dans la société mexicaine. Il lui faut un métier, sinon il n'est rien. C'est l'âge où l'on s'enfuit de la maison pour ne plus être un poids. Il sont nombreux à vivre en vagabond sans qu'on les remarque. Et surtout bien sûr à Mexico. La population a redécouvert leur présence après le tremblement de terre de 1985. Vivant dehors, ils furent épargnés. Mais ils furent aussi les premiers à s'organiser pour venir en aide aux victimes. On peut dire qu'ils ont fait plus que les autres secoursites. Ils faisaient enfin les titres des journaux alors que beaucoup d'habitants ignoraient leur simple présence, et en si grand nombre au sein de la cité.

« Galerie de l'âme...
L'âme enfant !
Sa claire lumière rieuse;
et la joie de la nouvelle...
Ah ! renaître à nouveau,
parcourir le chemin,
en ayant retrouvé le sentier perdu ! »

...« et de nouveau sentir dans notre main
cette palpitation de la bonne main de notre mère...
et cheminer en rêves par amour de la main qui nous mène. »

Antonio Machado

Les enfants d'Ixtlán - Jalisco - Mexique
Les enfants d'Ixtlán - Jalisco - Mexique

Ces enfants, que l'on voit partout dans ce pays, sont l'espoir de la nation. Aujourd'hui, plus de 50% de la population a moins de 20 ans ! L'avenir est pour eux. On peut parier que d' ici 20 ans, et comme pour beaucoup d'autres pays du continent Sud-Américain, le Mexique sera l'un des phares du monde. Et comme le dit ce dicton populaire, que l'on chante dans toute l'Amérique Latine :

« Enfantez, mères latines !
Enfantez, plus de guérilleros
Ils sèmeront des jardins
A la place des tas d'ordure ! »

Proverbe populaire mexicain

Articles connexes sur ce site

« Le Mexique aujourd'hui »

« La Conquête »

« Les Indiens du Nouveau Monde »

« Les premiers Mexicains »

« La conquête du Mexique par les Européens »