Litterature de et sur le Mexique

« L'Apparition »

Didier van Cauwelaert

Une histoire de miracle pour découvrir le Mexique.
Entre réalité et fiction, un étrange voyage dans les mystères de la foi...

« L'Apparition » - Roman de Didier van Cauwelaert
« Si c'est notre perception des choses qui crée la réalité,
comme l'affirme la physique quantique,
alors il n'y a pas d'au-delà pour ceux qui n'en veulent pas,
et la question est close »
Portrait de Didier van Cauwelaert...
Didier van Cauwelaert
© Jean-loup Sieff

Le livre commence par une rencontre étrange qui n'aurait pas déplu à un Barjavel ou à un Borgès. Une ophtalmologiste française renommée, Nathalie Krentz, reçoit dans son cabinet un vieil ecclésiastique, le Cardinal Damiano fabiani, qui lui propose une folle mission : trancher de la réalité d'un miracle qui s'est passé au Mexique il y a quatre siècle ! En fait, ce miracle, c'est la fameuse apparition de la Vierge de Guadalupe à Juan Diego, un modeste indien vivant dans les faubourgs de Mexico. Cet épisode est depuis considéré comme l'un des plus importants mythes fondateurs du Mexique, la première manifestation de la Vierge sur le Nouveau Monde, et la reconnaissance des Indiens comme sujets de l'Eglise. Et l'on sait à quel point la religion est présente au Mexique.

Un troisième personnage apparaît très vite, c'est Diego lui-même ! Mais, comme sorti des limbes, il observe cette agitation qui recommence autour de lui et entame un dialogue impossible avec cette française. Dans son « monologue » désabusé, il retrace la naissance du mythe dont il est le fondateur et qui maintenant lui pèse comme un fardeau. Nathalie, qui est connue pour ses prises de position plutôt rationalistes, se retrouve mandatée par l'Eglise de Rome qui lui a confié la difficile mission d'authentifier une relique étrange plus connue au Mexique sous le nom de « l'Image du miracle de la vierge Guadalupe ». Elle devient alors comme l'« avocat du diable » et son expertise suscite soudainement tous les intérêts : les pressions qui vont s'abattre sur elle vont devenir finir par devenir énormes...

Nathalie se retrouve à Mexico où elle se joint au groupe d'experts chargé par le Vatican de procéder à l'analyse détaillée de la fameuse image imprimée sur la « tilma » (tunique) de Juan Diego. Le docteur Berlemont, un Suisse, le professeur Traskine, un Russe spécialiste d'astrophysique qui doit décrypter le ciel étoilé figurant sur la « tilma » et qui serait susceptible de représenter le ciel tel qu'il était le jour du miracle. Le docteur Wolfburg, de Stuttgart, spécialiste des fibres végétales et des pigments de couleur. Mme Galan Turillas, spécialiste de l'Amérique Latine et de la Conquête, chargée de s'assurer de la conformité des habits des personnes que l'on distingue et des canons artistiques employés, en supposant qu'il s'agisse de œuvre d'un faussaire de cette époque. Et Kevin Williams, le spécialiste de la NASA qui a traité les récentes photos qui nous sont parvenues de Mars. Il doit faire de nouveaux clichés qui seront, du coup, indiscutables... Tout ce beau monde se retrouve à Mexico sous la houlette du père Abrigón Diaz qui se chargera de respecter le protocole nécessaire à leurs expériences. Déjà, d'autres personnes s'agitent autour de ce petit groupe qui ne passe pas vraiment inaperçu dans le Mexique de l'an 2000.

La peinture de la Vierge de Guadalupe...
L'image miraculeuse de la Vierge de Guadalupe

« Le samedi 9 décembre (1531), je sors de chez moi à l'aube pour aller au catéchisme à Tlatilolco. J'arrive sur la colline de Tepeyac, et soudain j'entends des chants d'oiseaux, comme en plein été. Je m'arrête et les chants se taisent aussitôt. Alors résonne une voix très douce qui m'appelle par mon nom, du sommet de la colline. « Juantzin... Juan Diegotzin... ». Là même où jadis nous avions célébré notre fête de la dernière fois, je reconnais les inflexions, la façon de parler de Maria Lucia (sa femme qui est récemment décédée). Fou de bonheur, je grimpe notre colline à la recherche du fantôme de ma femme, et voilà que je tombe nez à nez avec une inconnue qui brille comme si le soleil se levait derrière elle, mais sans qu'elle soit pour autant à contre-jour. C'est une toute jeune fille, elle est très belle, mais d'une beauté sûre d'elle empreinte de sérénité et d'expérience ; une beauté qui n'est pas de son âge. Et elle s'adresse à moi en nahautl, ma langue natale, avec un accent en tous point semblable à celui de ma défunte épouse. »
« Elle me déclare : « Je suis la toujours vierge Sainte Marie, mère du vrai Dieu pour qui nous existons tous. »

« Je lui dis bonjour... »

La révélation de Juan Diego
La révélation de Juan Diego

Ce miracle s'est bien produit et bien d'autres ensuite, mais le plus extraordinaire est à venir. D'abord, c'est la « tilma » (une sorte de longue tunique portée par les indigènes) de Juan Diego qui est en soi miraculeuse : à son contact elle guérit les malades, ressuscite les morts... Elle est faite de fibres d'agave, qui est un végétal qui vieillit mal, et pourtant, après 500 ans, elle trône quasi-intacte dans sa châsse de la Basilique de Tepeyac, devenu le lieu de pèlerinage le plus visité du pays. Mais le plus fort reste à venir. C'est en 1929 que le photographe officiel de la Basilique où est conservée la précieuse relique, Alfonso Marcue, découvre sur ses clichés ces fameuses tâches aux aspects anthropomorphes dans les yeux de la Vierge imprimée par miracle sur la « tilma » de Juan Diego et qui sont le sujet central du livre car ce sont elles que doit inspecter Nathalie Krentz pour juger de leur véracité (en effet, les pupilles de l'image de la Vierge réagissent en tout point comme ceux d'une personne vivante ! Nathalie doit notamment démontrer que certains des effets observés sont contre nature et donc fait de main d'homme).

Le visage de la Vierge de Guadalupe...
Le visage de la Vierge de Guadalupe

Des photos plus précises seront effectuées en 1951 par Jose Carlos Salinas Chavez qui révéleront d'autres détails plus troublants encore. D'après les scientifiques qui ont étudié l'image, on peut discerner dans les deux yeux, des formes, disons des silhouettes, qui correspondraient aux personnes présentes lors du miracle lorsque que l'image se dévoile sur la « tilma » de Juan et devant l'évêque de Mexico, Zumarraga. Depuis, l'affaire a pris de l'ampleur (un homme tenta même de commettre un attentat en faisant exploser une bombe au pied de la sainte relique !) et le Vatican ne peut que s'intéresser à ce nouveau miracle :

« L'image imprègne directement la tunique, en l'absence de tout apprêt,
ce qui rend sa visibilité inexplicable et sa conservation impossible ;
on ne distingue aucun coup de pinceau au microscope, aucun craquelé n'apparaît... »
Le visage de la Vierge de Guadalupe...
Le visage de la Vierge de Guadalupe
Photo d'Alfonso Marcu prise en 1929
« Tout ce qui est du ressort historique et scientifique est exact.
L'acide, la bombe, y compris les traces de microcirculation artérielle,
reconnues depuis 1991, sont des faits établis. »

Même s'il ne croit pas vraiment aux miracles et autres superstitions (quoique...), Didier van Cauwelaert s 'est intéressé de près à cette affaire extraordinaire peu connue en Europe. Et ce n'est pas pour rien que la pape Jean-Paul II a fait lui-même le voyage jusqu'à la Basilique de Guadalupe en 1999. En 2014, 18 millions de personnes ont visité la Basilique Notre-Dame de Guadalupe ! Ce qui en fait, avec la cathédrale Notre-Dame de Paris, le lieu de pélerinage catholique le plus visité après le Vatican !

J'avoue que j'ai eu moi-même du mal à croire à cette histoire (de fou !) qui, pour n'importe quel rationaliste, relèverait au pire d'une machination et au mieux de l'improbable. Mais les faits sont tenaces et Didier van Cauwelaert, qui situe son roman en mars 2000, avoue lui-même avoir été très frappé par cette histoire qui dépasse la simple superstition populaire. Il précise lui-même :

« Ce livre est un roman. Si les faits relatés sont conformes aux documents et aux témoignages retenus par l'histoire, leur interprétation n'engage que moi. Les découvertes scientifiques concernant la tilma sont réelles, bien que je les attribue souvent à des personnages fictifs. Quant aux guérisons inexpliquées prêtées à Juan Diego, certaines - notamment celle du jeune pêcheur à œil crevé par un hameçon - ont été reconnues officiellement par la médecine. La canonisation était prévue pour 1999. A l'heure où j'écris ces lignes, elle n'a toujours pas été prononcées par le pape jean-Paul II, et le Vatican reste muet sur un éventuel ajournement du procès. Les raisons que j'en donne dans ce livre n'en sont pas moins - à ma connaissance - imaginaires. »

Agrandissement du visage de la Vierge...
Le regard de la Vierge de Guadalupe

Voici d'ailleurs quelques-unes de ces images qui sont le prétexte et le sujet même de ce livre :

Agrandissement de l'oeil de la Vierge...
L'œil gauche de la Vierge de Guadalupe

On y discerne un personnage moustachu, les mains jointes comme en prière...

 

Agrandissement de l'oeil de la Vierge...
L'œil droit de la Vierge de Guadalupe

On y discerne un homme barbu, peut-être l'évêque de Mexico,
un homme à droite qui le regarde et derrière, Juan Diego, reconnaissable à son chapeau pointu...
« Le premier miracle de la Guadalupe » - Anonyme,1810, Musée de la Basilique de Guadalupe - Mexique
« Le premier miracle de la Guadalupe »
Anonyme,1810, Musée de la Basilique de Guadalupe

Ci-dessus, l'un des miracles de la Vierge de Guadalupe :

« Toute la population de Mexico accompagna ma tunique dans sa nouvelle demeure. Ils étaient des milliers sur le chemin de gué menant à Tepeyac, et des centaines sur l'eau tout autour, en canoë. Certains bandaient leur arc vers le soleil en signe de joie. Une flèche retomba sur l'un d'entre nous et se planta dans sa gorge, le tuant net. Alors un grand mouvement d'espoir amena vers lui l'image de la Vierge qu'on lui fit toucher de sa main inerte, et il ressuscita... ».

Un livre à part qui offre un œil averti sur le Mexique et son histoire : on frémit à l'idée de savoir que peu de choses, ici, sont inventées. Tous ces personnages, souvent ambigüs et ayant chacun leur part d'implication dans ce procès en canonisation, agissent souvent dans l'ombre et n'hésitent pas à employer les moyens les plus durs pour parvenir à leur fins. L'un d'entreux est particulièrement intéressant, c'est Guido Ponzo, l'Italien. Lui, il parcourt le monde pour démasquer les supercheries sciemment montées pour simuler des miracles (statues qui pleurent des larmes de sang, ...) L'Eglise n'est pas épargnée et certains noms vous rappelleront peut-être quelquechose. On regrettera seulement quelques descriptions de la vie mexicaine souvent un peu trop caricaturales comme la scène décrivant l'arrivée de Nathalie à Mexico, ou les explications souvent incrédules des Mexicains eux-mêmes sur leur propre pays :

« Le maire est un paysan courageux qui a toujours dit non à la corruption.
- Où est-il ?
- En prison. »

Ou aussi :

« La délinquance est un vrai problème, chez nous,...
- Les policiers ne font rien ?
- Si, des braquages, leur jour de congé. »

Je vous invite à découvrir ce livre, qui mélange si savamment mystère et psychologie, intrigues dans les couloirs du Vatican et corruption mexicaine à tous les étages. On pourra aussi en apprendre un peu plus sur l'histoire de ces Mexicains qui ont bâti un pays si pieux et si rempli de contradictions. On s'attachera surtout à l'héroïne, Nathalie Krentz, si fraîche et si réaliste, qui se retrouve ballottée par les affres d'une aventure qui la dépasse.

La basilique de la Vierge Guadalupe à Mexico
La basilique de la Vierge Guadalupe à Mexico
La Vierge de Guadalupe telle que l'on peut la voir actuellement dans la basilique
« La Vierge de Guadalupe »
Telle que l'on peut la voir actuellement dans la basilique
La Vierge de Guadalupe actuellement...

Pour en savoir plus sur sur le Vierge de Guadalupe

Vierge de GuadalupeVierge de Guadalupe

Didier van Cauwelaert et son livre « L'Apparition »

www.van-cauwelaert.com

Le Miracle de Vierge de Guadalupe :

www.sancta.org

Le site de la Basilque de Guadalupe

http://basilica.mxv.mx/web1/-home/index.html

La traduction du récit original par Luis Lasso de la Vega (1649) :

www.jesusmarie.com/apparitions_guadalupe.html

La Religion au Mexique :

Santa Prisca de Taxco

« La Vierge de Guadalupe »